Arrivée à Los Angeles (13-Sep-2016)

Aujourd’hui on s’est levés très tôt pour aller prendre notre avion à Roissy CdG. Le réveil a sonné à 4h20. Moi, j’ai dormi comme un bébé mais Yvan m’a dit qu’il n’avait pas fermé l’œil de la nuit. On a pris la voiture pour se rendre jusqu’à la gare Lorraine TGV qui se trouve entre Metz et Nancy. Le TGV était bien à l’heure : 6h46 et il y avait pas mal de monde sur le quai. Trajet sans encombre jusqu’à Roissy (1h15 de route). Encore une bonne idée de ma part pour éviter de galérer entre la Gare de l’Est et l’aéroport avec nos grosses valises. Nous avions acheté nos billets de train plus ou moins 3 mois à l’avance ce qui nous a permis de bénéficier de très bons tarifs. 🙂 Bon, c’est sûr qu’il faut ajouter les frais de parking pour 17 jours… 🙁

Up in the air !

Notre avion a décollé avec une heure de retard (11h30 au lieu de 10h30). A priori rien d’inquiétant, et en plus le pilote nous communique qu’il va essayer de rattraper le retard dans les airs. Quoiqu’il en soit, on est de plus en plus surpris par l’enregistrement des bagages. Il n’y a plus de personnel au guichet et on communique avec une machine. Réduction des coûts et compétitivité oblige ! Même si Yvan s’était déjà occupé du check-in online, nous avons du scanner nos passeports à l’aéroport pour imprimer les étiquettes des bagages et nos cartes d’embarquement. Une hôtesse est venue nous aider à coller les étiquettes sur nos valises, et ensuite, nous sommes passés à l’étape suivante, c’est-à-dire envoyer les bagages en soute. Pour cela on se débrouille à nouveau tout seuls a l’aide d’un petit écran tactile pour actionner le tapis roulant. D’ailleurs celle d’Yvan n’a pas voulu partir ! Ce qui a engendré une nouvelle intervention d’un membre du personnel qui a annulé notre opération et a fait partir la valise. On s’est tous les deux regardés en pensant la même chose : on espère qu’on la retrouvera à Los Angeles ! Pendant le vol, j’ai entendu une hôtesse de l’air dire que l’A380 est un avion très sec. Elles ne sont autorisées à voler sur l’A380 que 2 fois par mois. Il faut donc boire énormément.

Aéroport Roissy CdG
Aéroport Roissy CdG

Arrivée à L.A.

los-angeles-2

On atterrit à Los Angeles à 13h10 du même jour (rapide le trajet :-)) après avoir mangé un deuxième repas dans l’avion, mais cette fois sans apéro, ni alcool. Nous avons tous les deux eu mal à la tête et nos soupçons se sont tournés vers les boissons alcoolisées à bulles !

Comme prévu, ça n’a pas manqué : après une bonne demie-heure d’attente, on est convaincus que la valise d’Yvan n’apparaîtra plus sur le tapis roulant. Et oui, nos doutes étaient donc fondés. Bravo Air France et la dame à Paris qui a annulé l’enregistrement du deuxième bagage tout en le faisant tout de même disparaître dans les entrailles de l’aéroport… Du coup, nous n’avons pas de dentifrice ni de brosse à dent car c’est Yvan qui les transportait. Mais grâce encore à une excellente proposition de ma part (qui fut acceptée sans trop de réticence), nous avions chacun préparé une tenue pour 2 jours qui était conservée dans la valise de l’autre. Et oui, les voyages en avion, ça nous connaît, et nous avions déjà expérimenté le coup de la valise manquante lors d’un précédent séjour à New York.

road-trip-valise

 

Contrôle ESTA – Fini l’officier US à la mine patibulaire, aussi aimable qu’une porte de prison, place à la machine qui communique également en français. On scanne son passeport dans le bon sens, et ensuite elle nous prend les empreintes de tous les doigts. Pas facile car toute la main est scannée d’un coup, et les doigts doivent être bien espacés ; il faut surveiller les petites lumières vertes et rouges pour s’en assurer. J’ai essayé d’expliquer le procédé à un couple moins jeune à côté de nous mais le monsieur ne faisait que râler…. Je pense qu’ils y sont encore !

Contrôle de sécurité – Une fois en possession des bagages (enfin le mien), on repasse un contrôle douanier et un gentil petit chien passe partout pour vérifier que tout est en règle. On a bien rigolé avec une touriste devant nous qui s’est fait aboyer dessus, car aux USA ça ne rigole pas avec l’importation de fruits et légumes, et après lui avoir demandé trois fois si elle avait une orange, pomme, banane, la personne s’est réveillé en réalisant qu’elle avait une banane dans son sac… Le gentil chien-chien a eu un biscuit !
L’aéroport de Los Angeles est un vrai traquenard pour les stars, car la sortie s’effectue dans une montée au bord de laquelle de nombreux paparazzis sont postés avec leurs téléphones portables pour prendre des photos. Quelle déception, même pas de superbes appareils bridges ou reflex ! Enfin, pendant 30 secondes je me suis crue dans la peau de Sharon Stone. Si j’avais su, j’aurai porté mes lunettes de soleil !

Location de voitures

Il est déjà 15 heures. On se dirige vers les panneaux ‘Car Rental’. Une navette nous amènera à notre agence de location de voitures, qui se situe tout de même à 3 ou 4 miles de l’aéroport. On est déjà un peu perdus mais on essaie de faire bonne figure. Ensuite vient une attente interminable pour enfin récupérer les clés de notre voiture de location qui, sur les papiers reçus à l’avance, devait être une Hyunday Santa Fe. J’avais pris plaisir à en repérer quelques unes chez nous, et on avait bien rigolé car cette voiture était énorme par rapport à la nôtre, surtout au niveau de sa taille. Sur place, l’employé nous fait confirmer que c’est bien le modèle que nous espérions. Nous opinons du chef. Il nous dit d’aller la chercher directement dehors dans la rangée des SUV. Surprise, sur place, aucune Hyunday… Ça continue bien ! Bon en fait, il faut choisir la voiture qui nous plait parmi les SUV, la clé est dessus ! Je choisis une belle Jeep Compass de couleur blanche (pour qu’elle ne chauffe pas trop au soleil) et Yvan se met au volant.

Road Trip USA

Conduite à Los Angeles

La, ça se corse, car il faut préciser qu’Yvan a rejetté la proposition de GPS pour 71 euros par semaine. Il va nous falloir trouver notre hôtel Miyako Inn Spa, situé au milieu de Downtown Los Angeles sans GPS en nous basant sur quelques instructions de direction de Google Maps que nous avions préalablement imprimées. À 16h20, nous sommes toujours à la recherche de la I-405. On a sérieusement mouillé la chemise tout en essayant de comprendre comment fonctionnent les panneaux indicateurs de direction et de s’habituer à cette voiture énorme. En tout cas, on a très vite constaté que bien que les autoroutes apparaissent impressionnantes vu d’ici en France avec leur 2 x 5 voies et d’impressionnants passages sur des ponts, leurs revêtements laissent clairement à désirer et il faudrait qu’elles soient un peu mieux entretenues. J’ai le temps d’admirer la route car on se retrouve dans de formidables bouchons – 5 voies ou pas, ça ne change rien. Mais au moins ça roule au pas en continu. Tant bien que mal et grâce à de gros coups de chance (nous savons que l’hôtel se trouve dans Little Tokyo et Yvan reconnaît le nom d’une rue à proximité) nous parvenons à trouver l’hôtel et surtout un parking public à proximité car l’hôtel n’en dispose pas.

Il est 17h40, la voiture est garée et hôtel en vue. On respire à nouveau !

Vers 18h15 on fait une ballade rapide dans Little Tokyo, mais on se rend à l’évidence que le road trip ne va pas être de toute tranquillité sans GPS.

Sur les conseils du réceptionniste de l’hôtel, nous partons à la recherche d’un magasin Target à l’intérieur d’un centre commercial sur 7th Street. Mais pour cela, il nous faut reprendre la voiture car c’est à plusieurs blocs – en fait 7 – de notre position actuelle. Heureusement cette fois, nous avons entre les mains un petit plan de Downtown sur une feuille A4.

Road Trip USA

Mission accomplie. Notre TomTom et nous faisons route vers notre hôtel aux alentours de 20h, prêt à passer une bonne nuit de sommeil. On se couche à 21h15 épuisé et sans avoir manger. Je me réveille une première fois à 3h puis 6h45.

Demain nous partirons à la découverte de Los Angeles !

3 thoughts on “Arrivée à Los Angeles (13-Sep-2016)

    1. Théoriquement l’avion aurait dû décoller à 10h30 et atterrir à 13h00 heure locale. Sachant que le décalage horaire entre Paris et la Californie est de 9 heures, le vol a donc duré environ 11h30.

Laisser un commentaire