La Chapelle Saint-Hubert à Amboise (20-juin-2015)

La Chapelle Saint-Hubert se trouve dans l’enceinte du Château Royal qui surplombe la ville d’Amboise. Elle doit notamment sa notoriété à la présence de la sépulture de Léonard de Vinci mort à Amboise le 2 mai 1519. Le grand maître italien a laissé son empreinte éternelle au Château puisqu’il obtient du souverain, François 1er, le privilège d’y être inhumé en 1519. La visite du logis, de la chapelle et des jardins coûte 10,90 euros. Pour le même tarif, vous pouvez bénéficier d’une visite guidée selon les horaires.

La Chapelle Saint-Hubert

Première étape de la visite du Château Royal, la Chapelle est aussi construite en tuffeau, la pierre locale de Touraine. Sous un beau ciel bleu, elle éblouie tellement elle est blanche. À l’intérieur, les vitraux se reflètent sur le sol et procurent une atmosphère mystérieuse.

"L'édifice dédié à Saint-Hubert saint patron des chasseurs est bâti en 1493 sur les fondations de l'ancien oratoire érigé sous Louis XI. Cette chapelle destinée à l'usage privé des souverains est de style gothique flamboyant."
"Frises en corniche sculptées par les maîtres flamands dans le tuffeau (calcaire) représentant des formes entrelacées de végétaux et d'animaux (grenouille, serpent, singe...)."

Les bois de cerf sur le clocher ont été ajoutés bien après la construction de la Chapelle.

"Vitraux : illustrations de la vie du roi Louis IX (Saint-Louis) par l'atelier de Max Ingrand en 1952."
"Sur le linteau extérieur au-dessus de la porte de la chapelle: Saint-Antoire d'Alexandrie en ermite ; Saint-Christophe portant l'Enfant-Jésus ; conversion de St-Hubert (fin XVème siècle), au dessus, scène représentant Charles VIII et Anne de Bretagne."

Chapelle Saint Hubert au Château Royal d'Amboise

La sépulture de Léonard de Vinci (1452-1519)

Chapelle Saint Hubert au Château Royal d'Amboise

"Léonard de Vinci arrive à Amboise en 1516 à l'âge de 64 ans, déjà auréolé d'une longue carrière passée à Florence, Milan, Mantoue, Venise, Rome et Bologne. C'est là qu'il fait la connaissance du roi François 1er. Le souverain met à sa disposition le manoir du Cloux, aujourd'hui appelé Clos Lucé, et le nomme "premier peintre, ingénieur et architecte du roi" avec une pension annuelle de 700 écus. Il consacre son temps au dessin et à l'enseignement notamment dans le domaine des canaux, de l'urbanisme et de l'architecture. Certains auteurs lui attribuent le projet d'urbanisme de la cité de Romorantin et de certaines parties du Château de Chambard. Très proche du Roi, il aurait imaginé pour lui plusieurs divertissements dont la fameuse "Festa del Paradiso" en 1518."

Laisser un commentaire