Au nord du Serengeti National Park (11-oct-2014)

Après un petit-déjeuner au pays des Damans des Rochers, nous avons choisi de continuer notre safari en redescendant vers le sud en direction du Ngorongoro. En effet, nous avons décidé de ne pas poursuivre notre route vers les gorges d’Olduvai déconseillées par notre guide

L’impala :

Sur les photos ci-dessous, il s’agit de jeunes mâles célibataires qui restent ensemble à l’écart de la harde. En effet, seul le mâle dominant peut se promener au milieu des femelles. Nous avons des hardes de plusieurs dizaines de femelles. Elles sont facilement reconnaissable car elles n’ont pas de cornes. Le mâle dominant à fort à faire en période de chaleur, mais heureusement les mâles célibataires restant à l’écart du troupeau lui donnent un coup de main.

 

Seul le mâle porte des cornes. Son dos est roux, son flanc plus clair et le dessous blanc. Il habite les forêts claires, la savane sèche en plaine et sur les collines. En fuite, il peut faire des bonds de 3 mètres de haut et 10 mètres de long et galoper à 60 km/h. Il se nourrit surtout d'herbes courtes, de fleurs, fruits et feuillages. Il vit en hardes de 6 à 20 sujets, parfois en groupes de 20 à 30, plus rarement en troupeaux de 100 à 200. Une harde est généralement constituée de plusieurs femelles avec les jeunes et d'un mâle adulte. Le mâle dominant marche derrière. Le jeune mâle, chassé de le harde de femelles vers 18 mois, acquiert un territoire entre 4 et 6 ans.

La girafe :

Si vous observez bien mes photos, vous verrez un pique-boeuf à bec rouge sur le cou de la girafe. Cet oiseau, caractérisé par son oeil rouge cerclé de jaune cet oiseau débarrasse les mammifères de leur parasites. Il vit en Afrique de l’Est dans les savanes herbeuses en présence des grands herbivores sauvages ou domestiques. Cet oiseau permet également de signaler à la girafe la présence d’un danger, car il va s’envoler et du coup, l’alerter.

Girafe

Avec ses longues pattes et son grand cou, la girafe peut mesurer jusqu'à 5 m 80 de haut pour un poids de 800 kg. Elle marche à l'amble, les deux pattes d'un même côté se déplacent en même temps. Au galop, les deux pattes postérieures se déplacent ensemble, elles prennent appui devant les antérieurs et servent de propulseur. La vitesse d'une girafe lancée au galop peut atteindre 60 km/h. Les cornes sont des protubérances osseuses couvertes de peau velue atteignant 22 cm. Seul prédateur, le lion qui attaque les petits isolés, la girafe se défend à coups de sabots. Végétarienne, elle se nourrit de feuilles, bourgeons, pousses et fruits d'arbres, les acacias étant ses préférés.

Le guépard :

Le guépard est extrêmement difficile à repérer et à approcher. C’est pourquoi je n’en ai que peu de photos, car contrairement au lion, il ne reste pas en place (les photos sont floues) et n’aiment pas la proximité avec l’être humain (on ne le trouvera pas faisant la sieste sous un arbre juste au bord d’une piste de 4×4). Le guépard vit plutôt en solitaire. La mère élève ses petits seuls. Ceux-ci ne doivent pas croiser le chemin des lions, qui chercheraient à les tuer pour éliminer la concurrence carnivore.

Un guépard

À la course, c'est le plus rapide de tous les félins. Plus haut sur pattes que le léopard, il a une longue queue rayée de noir et blanc à l'extrémité, et ses griffes ne sont pas rétractiles. Son pelage est ras, fauve clair, constellé de tâches rondes, brunes à noires. Il a aujourd'hui disparu de nombreuses régions et il est en régression constante. Le lion, le léopard et le lycaon mangent les petits ayant moins de 8 mois et peuvent s'attaquer au guépard adulte.

Nos autres rencontres :

Laisser un commentaire