San Francisco (29-sep-2016)

Aujourd’hui encore, nous allons explorer la ville, et surtout, prendre notre revanche sur le brouillard de la veille, qui nous avait empeché de voir le Golden Gate !

Jour 17 Jeudi 29 septembre 2016
Départ San Francisco, California
Étapes Chinatown – Lombard Street – Painted Ladies – Golden Gate
Arrivée San Francisco, California
Distance parcourue Encore beaucoup de marche à pieds !
Nuit San Francisco : Hotel Kabuki

Yvan, décidément très à la pointe sur les petits-déjeuners, avait repéré un des meilleurs et plus anciens endroits de San Francisco, Sears Fine Food. Une véritable institution, réputée pour ses pancakes « suédois » (nous ne savons toujours pas pourquoi ils s’appellent ainsi) et son cadre, authentique, pour ne pas dire encore dans son jus. Nous craignions même de devoir faire la queue, mais non, une toute petite table était encore libre. Il faut dire que l’endroit est plein à craquer, et les serveurs bien affairés, au point que le légendaire service à l’américaine laisse un peu à désirer. La nourriture, par contre, est super : nous avons commandé la spécialité, une assiette de 18 pancakes (suédois, donc, mais minuscules), avec un tout petit pot de sirop d’érable (2.75$ pour 50ml, soit environ 40€ le litre !). Mais aussi des oeufs Bénédicte, des céréales avec des fruits frais, et du café, bien sûr ! Autant dire que nous n’avions plus faim après ça.

Par contre, nous avons en effet été déçus du service, et nous n’avons même pas eu de jeton pour tourner la roue qui nous aurait peut-être permis de gagner un petit-déjeuner gratuit ! Imaginez la déception d’Yvan, lui qui adore les jeux-concours et les petit-déjeuners.

Beau parcours dans Chinatown

La prochaine étape était une petite ballade dans Chinatown, où les échoppes proposent parfois des mets pour le moins… étranges (voir photos). Nous avions déjà entendu parler des concombres de mer, mais pour le reste, nous ne savons pas ce que nous avons vu !

En plus de la nourriture, il y avait aussi énormément de boutiques d’antiquaires, ou du moins, qui vendaient des objets qui avaient l’air vaguement anciens. Enfin, ici au moins, on ne peut pas être surpris de voir les étiquettes « Made in China » !

Enfin, nous avons pris quelques photos des panneaux de rue et sommes passés sous la « porte du dragon ». A part ça, on ne peut pas dire que nous ayons été conquis par ce quartier, et au final, le passage y aura été assez court.

 

"Situé sur l'ancien Yerba buena, berceau de San Francisco, le quartier de Chinatown abrite l'une des plus grandes communautés chinoises hors d'Asie.
En effet, 120 000 personnes d'origine chinoise vivent dans Chinatown. Les premiers Chinois de San Francisco arrivèrent en 1848, fuyant la pauvreté et la guerre de l'opium qui ravageaient leur pays. Malgré leur participation à la ruée vers l'or, ils furent victimes d'un profond racisme pendant plus d'un siècle. Loin de leurs racines et exclus d'un pays xénophobe, ils se regroupèrent dans ce quartier, à l'ouest de l'actuel centre des affaires.
Le début de Chinatown est marqué par la porte du Dragon, une porte en forme de pagode offerte par la République populaire de Chine. On pénètre alors dans une autre ville baignée par une douce atmosphère orientale. Une ville chinoise à l'américaine où les bâtiments colorés sont décorés en s'inspirant des influences asiatiques traditionnelles. Les pancartes sont écrites en anglais et en chinois. La nuit, les éclairages rouges et jaunes inondent le quartier.
Chinatown n'est pas seulement un décor, c'est aussi un lieu de vie différent avec son rythme particulier. Une fourmilière faite de gens affairés, parlant essentiellement chinois, qui se croisent dans les rues étroites du quartier. Peut-être se rendent-ils au superbe marché de la rue Stockton Street, le poumon du quartier ? Dans toutes les rues du quartier, les nombreux restaurants asiatiques côtoient des magasins où sont vendus des tas d'objets et de babioles importés de Chine. On retrouve, notamment, les fameux poissons séchés ainsi que les épices appréciées par la communauté."
Source : L'Internaute

Les Cable Cars

Fatigués de marcher, nous avons décidé de prendre le tramway icônique de San Francisco, le Cable Car. Il faut savoir que le trajet qu’il parcourt est assez réduit (une poignée de rues), mais par chance, il passait là où il fallait pour nous amener à notre prochaine destination. Nous nous installons donc à un arrêt, et nous attendons.. 10, 15, puis 20 minutes. D’autres groupes de gens nous rejoignent et prennent également leur mal en patience. Enfin, il arrive.. mais ne s’arrête pas ! Le chauffeur nous dit qu’il est trop plein et il faut prendre le suivant, qui arrive bientôt. Mais là aussi, même chose ! Impossible de monter dedans ! C’est un comble, nous sommes dégoûtés, et nous continuons donc à pieds, encore une fois ! Destination : Lombard Street !

Le fameux Cable Car de San Francisco

 

"Les Cable Cars de San Francisco sont les tramways à traction par câble de la ville américaine de San Francisco. Ils sont devenus l'une des icônes de San Francisco. Ils rentrent dans la catégorie des remontées mécaniques, puisque le système est l'ancêtre des transports de passagers par câble à attaches débrayages. Le système de Cable Car fait aujourd'hui partie du réseau intermodal de transport urbain de San Francisco. Trois lignes existent toujours : deux lignes du centre-ville près de Union Square vers Fisherman's Wharf, et une troisième voie le long de California Street." 
Source : Wikipedia

 

Les rues de San Francisco
Jeu de perspective

 

Lombard Street

Etant le seul lieu qu’Yvan se rappelait de son passage dans la ville (à part Alcatraz, grrrr !), j’attendais beaucoup de cette célèbre rue, et ne fût pas déçue. Comme tout un chacun le sait, il s’agit ici d’une petite rue pentue, mais dont la route est en lacets. Evidemment, cela attire les touristes en masse, qui se plantent au milieu de la route pour avoir la meilleure photo possible. Mais c’est sans compter sur le policier en faction, qui est chargé de s’assurer que les voitures puissent circuler, car oui, Lombard Street est encore fréquentée par les voitures (dans un seul sens uniquement).

 

"Figurant parmi les sites touristiques les plus photographiés de San Francisco, Lombard Street est célèbre pour sa portion située entre Hyde Street et Leavenworth Street, qui se compose de 8 virages en épingle à cheveu ; là, la pente à 27 %, considérée trop abrupte, a été adoucie en 1927 à une inclinaison de 16 % lorsqu'il a été décidé de paver la rue. Aujourd'hui, près de 75 000 voitures empruntent chaque jour cette descente sinueuse ornée de massifs d'hortensias. Montez les escaliers qui longent les virages de la route jusqu'à Hyde Street, où vous profiterez d'un superbe panorama qui s'étend du nord à l'est. De là, un tramway vous emmènera jusqu'au Ghirardelli Square et au Hyde Street Pier et vous offrira une jolie vue sur Alcatraz et Angel Island." 
Source : Michelin Voyage

 

Les Painted Ladies

"Alamo Square est l'une des cartes postales les plus célèbres de San Francisco. C'est sur cette place que l'on retrouve l'alignement le plus célèbre de la ville, les fameuses Seven Painted Ladies, rangées face à un joli parc. Au loin se détachent les buildings du centre-ville." 
Source : le Routard

Mais que sont les Painted Ladies, au juste ? Il s’agit de quelques maisons situées l’une à côté de l’autre, et qui ont la particularité d’être chacune colorée dans un ton différent, en plus de posséder un certain cachet. Là aussi, vous pouvez être sûr d’y croiser des touristes en masse. Pas de chance pour nous, le parc public situé de l’autre côté de la rue était en travaux (il a réouvert il y a seulement quelques mois). Du coup, pas grand-chose à faire sur place, à part des photos !

 

 

Le Golden Gate

Malgré les nuages encore présents, Yvan réussit à me convaincre d’aller voir le Golden Gate, en bus : en effet, le pont n’est pas du tout dans la ville, et ça n’est donc pas si facile que ça de s’y rendre. A noter que malgré nos efforts, il nous a été impossible d’acheter des billets de bus, et nous avons donc fraudé, dans l’indifférence générale. Et arrivés sur place, un soleil magnifique ! Bon, il y avait aussi énormément de vent, mais ça se voit moins sur les photos, alors ça ne fait rien ! Nous nous promenons un peu, mais renonçons à la traversée du pont à pieds, pas convaincus par les bénéfices (le soleil est du mauvais côté !).

Le pont reste très impressionnant, et le coin regorge de maquettes, panneaux, et autres affichages permettant d’en réaliser les dimensions. Le must est le morceau de câble, qui fait la bagatelle de 92cm de diamètre !

 

Enfin, nous avions vu la veille une pub à la télé pour un restaurant italien situé non loin de Chinatown (il y en avait en effet un quartier Italien, mais il a disparu depuis des années, phagocyté par ses voisins), et en bon touristes, nous avons décidé d’aller y manger. Nous en sommes ressortis plutôt contents, et avons été nous coucher pour notre dernière nuit ! En effet, le lendemain matin, nous sommes partis pour l’aéroport. Là, nous avons rendu la voiture en 5 minutes chrono, en la déposant au milieu d’un parking dans l’aéroport. Nous étions un peu inquiets car elle était sale, mais nous n’avions visiblement pas à nous en faire. Il y avait quand même des employés, qui vérifiaient l’essence et le kilométrage. Yvan a vu que la dame avait noté 27000 miles au lieu de 17000 miles, et lui a signalé l’erreur, pour éviter tout supplément de facture, mais elle a dit que ça n’était pas important car le contrat était pour un kilométrage illimité. Et en effet, pas de mauvaise surprise, ouf !

Puis ce fut l’attente pour l’embarquement, qui a débuté en retard. Ceci n’était pas bon signe, car nous avions un TGV à prendre à Paris, et il y avait « seulement » 1h30 entre l’atterrissage et le train.. Et effectivement, l’avion ayant du retard, nous n’avons pas eu notre train, et avons donc dû attendre 3-4 heures le prochain, et même acheter des nouveaux billets (que la compagnie aérienne a refusé de nous rembourser !).

Voilà, ce fût la fin de ce super voyage ! Bien sûr, nous n’avons pas pu tout voir, donc il faudra y retourner.. La prochaine fois, nous ne passerons même pas par une agence, car dans le fond, ils n’ont pas organisé grand-chose, j’aurais fait mieux moi-même !

2 thoughts on “San Francisco (29-sep-2016)

Laisser un commentaire