Serengeti Lobo Wildlife (10-oct-2014)

Nous sommes arrivés en fin d’après-midi au Lobo Wildlife Lodge Hotel, pour y dormir une nuit. Il s’agit d’une très belle structure dans les rochers, bâtie comme dans un chalet de montagne tout en bois et en pierre. Il est merveilleusement placé dans un cadre magnifique, et il surplombe la savane. Pas très loin de l’hôtel, en grimpant les rochers, on accède à un panorama exceptionnel duquel on peut admirer la brousse et les animaux.

L’hôtel dispose également d’une belle piscine creusée dans la roche. Nous ne l’avons malheureusement pas testée car il était un peu tard, et nous n’avions pas de maillots de bain !

Panorama au Lobo Wildlife Lodge

Ce lodge possède de nombreuses chambres comme dans un hôtel. La chambre nous a paru toute petite suite à celles que nous avions occupées précédemment.

Nous avions été prévenu par l’hôtesse d’accueil que l’eau mettrait un peu de temps à chauffer, et qu’il fallait la faire couler environ 5 minutes. On s’est bien dit que c’était tout de même du gaspillage – surtout dans un pays qui en manque – de laisser couler l’eau si longtemps, mais c’est quand même ce qu’Yvan a fait. Toutefois, au bout de ces 5 minutes, il s’est résolu à prendre sa douche froide sans plus attendre. Et même à la sortie de la salle de bain, il râlait encore car l’eau était encore tiède. Heureusement que nous n’étions là que pour une nuit ! Moi j’ai eu de la chance, mais je ne lui ai pas dit sur le moment (pour ne pas le faire râler encore plus :-)) car en y allant juste après, j’ai bénéficié d’une eau bien chaude, et d’une douche bien agréable ! « Ça fait du bien une bonne douche ! » comme il se plaît à dire régulièrement.

Lobo Wildlife Lodge

La nuit, l’électricité est coupée, il faut donc prévoir une petite lampe de poche si besoin, mais on peut recharger ses appareils dans les chambres pendant la soirée quand on part dîner. À ce propos, la salle de restauration est immense. Le buffet offre un grand choix au dîner, un peu moins au petit-déjeuner. Comme on s’en doutait, ce n’est pas dans les lodges que l’on va découvrir la cuisine du pays. La nourriture qu’ils servent est une cuisine internationale et très peu épicée, en général. J’ai été stupéfaite de découvrir au buffet des plats et des currys indiens mais cela s’explique par le fait que du temps de la colonisation, les Britanniques avaient fait venir des Indiens pour s’occuper de la comptabilité de leurs sociétés.

Les importantes communautés indiennes et arabes de la côte, notamment de Dar es Salaam et de Zanzibar, marquent le pays de leurs traditions culinaires. Ils détiennent de nombreux restaurants dans ces villes et y proposent une cuisine raffinée et particulièrement épicée. Dans la cuisine tanzanienne traditionnelle de la côte swahilie, les épices de Zanzibar, mais aussi le curry, dominent. Les plats, là encore, sont influencés par les apports indo-arabes : samossas, kébab, mkate wa kumimina (du pain au riz), pilaf (riz revenu dans l’huile épicée), biryani (poulet, mouton, épices, œufs et riz). Le lait de coco est également un ingrédient primordial dans la cuisine swahilie, comme dans le mandazi, beignets traditionnels. Le kashata est un autre classique d’Afrique de l’Est influencé par l’Inde : c’est un biscuit au lait de coco et à la cannelle.

Plus d’infos sur le site safari-en-tanzanie.com

Les Damans des Rochers

Le Lobo Wildlife Lodge est aussi le domicile des damans des rochers qui ressemble à des marmottes selon moi, et qui courent partout comme des lapins.

Ils sont un peu peureux, surtout quand ils sont à terre et s’enfuient si on les approchent de trop près. Par contre, ils montent également dans les arbres pour manger les feuilles, et quand ils sont au-dessus de nos têtes, ce sont eux qui nous font peur !!

Regardez de plus près celui sur la dernière photos comme il a l’air méchant !

Daman des rochers

Le daman est un petit ongulé primitif. Il existe 3 genres de ce mammifère : le daman des rochers, le daman des steppes et le daman des arbres. Le daman est un petit mammifère robuste. Il se distingue par son museau pointu et son « moignon de queue ». Il détient 4 doigts sur les pattes avant et 3 sur les pattes arrière.
Le daman a une faible capacité à contrôler sa température. Il ne peut survivre sans un abris le protégeant à du chaud comme du froid. Ils dépendent ainsi des crevasses naturelles des montagnes qui leur tiennent chaud la nuit. Au lever du jour, il est fréquent de les voir prendre des bains de soleil pour se réchauffer.
Le daman est chassé par de nombreux prédateurs : les serpents, les chouettes, les chacals, les chats. Certaines mangoustes ont même été observées en train d’attaquer des petits damans. Leur principal prédateur reste néanmoins l’aigle martial et l’aigle noir.

Plus d’infos sur le site Makila.

Laisser un commentaire